promo
Angelucci Manigat, Jr. PDF  | Print |  E-mail

Camarade
 
Par Angelucci manigat, Jr.
 
Camarade

Comprendras-tu d’où je viens
 
Si je te raconte mon itinéraire
 
de chien errant
 
de poète aux amours lunatiques?
 
 
 
Sauras-tu m’aider à compter
 
Les crucifix de l’exil
 
Si je te chante le langage orgasmique
 
Des rues de mon pays
 
Avec ses gens simples
 
Dont le bonjour accouche de rêves plus larges que la vie?
 
Sauras-tu panser ma plaie
 
Si je te dis qu’un certain soir de noces d’anthropophages
 
Le colon a roulé mon pays aux quatre coins cardinaux
 
Pour en faire deux morceaux
 
Deux mules
 
Deux tombes à ciel ouvert?
 
 
 
Comprendras-tu enfin
 
Mon accent de cassavre
 
               Et de petit-mil
 
Si je t’apprends que ma langue est sortie tout droit
 
Des papotages des trois coups de midi
 
Et du glaive du bourreau?
 
 
 
Regarde- moi, camarade!
 
Regarde moi!
 
 
 
Sauras-tu m’aider
 
A trouver le chemin du retour
 
Si je peins sur du papier cette orgie de lumière
 
Que fut le regard d’une déesse anonyme
 
             de la ruelle Titus?
 
 
 
 
 
 
 
Si je te dis que je suis d’un pays
 
de contre-danse
 
où les enfants sautent à hauteur du soleil
 
un pays de contes et de tambours
 
où les femmes ont un coeur tout aussi rond que la terre
 
avec assez de veines pour recycler toutes les eaux de l’Amérique
 
toutes les peines de l’Amérique
 
 
 
Camarade
 
-Entre nous-
 
Comprendras-tu jamais
 
D’où je viens?
 
© (Extrait de “Mémoire Du Petit Chien D’ A Côté)
 

*****************************************************************************************************

PAWOLI  

 
Li te minui
 
M pat ka dòmi
 
M leve toutouni
 
Mache nan lari
 
Ekri non w sou tout mi
 
Pou chanje koulè lavi
 
 
 
Li te minui
 
M pat ka dòmi
 
Lonbray yon fanm ak parapli
 
Sou tèt li
 
Ap rale menmen m vini
 
Douvandèyè sou kòd lavi
 
 
 
Li te minui
 
M pat ka dòmi
 
Kè m tonbe vire kon toupi
 
K ap leve yon move defi
 
Li vire li redi
 
Li vire li redi
 
L vire l vire l redi
 
Jouskaske l mouri
 
Epi m retounen ale dòmi
 
Apre minui. 

*****************************************************************************************************

Feu Follet

 
 
 
Par Angelucci Manigat, Jr.
 
 
 
Rires fous, larmes folles, la ville saigne encre bleue encre noire sur son portrait d’arraignée
 
 
 
Et j’arrache au ciel sa poésie mi-nausée, mi-soleil pour tes yeux outre-mesure et ton corps dernière magie dernière valse
 
 
 
Ribambelle et ritournelle la vie tourne debout sur un vieux banc d’écolier marchant cric-crac sur la même place
 
 
 
Et je défonce la ligature des pierres pales pour demarrer le temps complice de tes rêves-prisons et de mes esperances-éternité.
 
 
 
Rires fous, larmes folles, ribambelle et ritournelle je prostitue mon corps à l’attente de tes baisers et ma soif à la démence de ton silence
 
 
 
Et j’attends et je taime feu de bois papillon sauvage et je t’aime et j’attends rive longue place vide
 
© (Extrait de Fiel-Miel)
  

*****************************************************************************************************

Komisyon  

 
Van vini van vini
 
Syèl la bezwen yon ti pafen lapli
 
Twa kout penso
 
Pou makiye zetwal ki gen vant kòde.
 
 
 
Angelucci Manigat, Jr.
 
 
 

*****************************************************************************************************


 
 
 
The Black Rock
 
 
 
 
 
The woman I love
 
Is everywhere the sun goes
 
Everywhere a tree grows
 
The woman I love
 
Goes to bed with the moon singing
 
Between her breast
 
And her lips nursing a thousand springs
 
The woman I love
 
is everywhere a wall falls
 
everywhere a kite flies
 
the woman I love
 
stops the time
 
for the swirling souls
 
trapped in makeshift paradise
 
the woman I love
 
is everywhere a rainbow glows
 
everywhere a river ends
 
the woman I love
 
walks on swelling waters
 
recycling the evaporated steps
 
of a bleeding journey
 
the woman I love
 
is everywhere
 
a rock stands still.
 
Angelucci Manigat, Jr.
 
 
 

*****************************************************************************************************


 
 
 
The Last Poem
 
 
 
                   “ Te doy una canción de madrugada
 Cuando mas quierro tu luz”
 
 
 
Sylvio Rodriguez
 
 
 
 
 
I wanted to write you a poem
 
To sing
 
When the moon becomes too wild
 
To shelter your solitude
 
But the paper drifted away
 
From my pillow
 
I wanted to write you a poem
 
To fly like fireflies
 
When your heart is too heavy
 
To carry your dreams
 
But my wind
 
was caught in non-fly zones
 
I wanted to write you a poem
 
To befriend your shadow
 
When my name is
 
long forgotten
 
But I stopped writing the poem
 
To keep loving you.
 
Angelucci Manigat, Jr.