Tuesday, September 29, 2020
Home Health Hydroxychloroquine et la COVID-19

Hydroxychloroquine et la COVID-19

Pourquoi le volet hydroxychloroquine de l’essai Solidarity a-t-il été temporairement suspendu?

  • À la lumière des données récemment publiées con- cernant l’innocuité et l’efficacité de l’hydroxychloroquine pour le traitement des patients COVID-19, le Groupe exécutif de l’essai Solidarity a décidé de sus- pendre temporairement le volet correspondant, par mesure de précaution, le temps que les données relatives à l’innocuité soient examinées.
  • À titre d’exemple, une étude observationnelle pub- liée le 22 mai dans la revue The Lancet a montré que, sur 100 000 patients de différents pays randomisés pour recevoir de l’hydroxychloroquine (seule ou en association avec un macrolide), le taux de mortalité était plus élevé et l’arythmie cardiaque plus fréquente.
  • Une décision finale concernant les effets nocifs, le bénéfice ou l’absence de bénéfice de l’hydroxychloroquine sera prise une fois que le Comité de surveillance et de suivi des données aura examiné les données. Cet examen portera sur les données de l’essai Solidarity et des autres essais en cours ainsi que sur toute donnée publiée à ce jour. Il devrait être publié mi-juin.

Que se passera-t-il pour les personnes participant actuellement au volet hydroxychloroquine de l’essai?

Les patients précédemment randomisés pour recevoir de l’hydroxychloroquine devraient mener la cure à son terme. L’hydroxychloroquine et la chloroquine sont reconnus comme généralement sûrs pour les patients atteints d’une maladie auto-immune ou du paludisme.

Quel est le point de vue de l’OMS con- cernant les traitements prophylactiques incluant l’hydroxychloroquine qui sont actuellement suivis dans cer- tains pays?

L’OMS évalue actuellement l’utilisation de l’hydroxy- chloroquine sur les patients COVID-19 dans le cadre de l’essai Solidarity. Le volet hydroxychloroquine a été suspendu par mesure de précaution le temps que les données relatives à l’innocuité soient examinées.

Chaque pays, en particulier lorsqu’il est doté d’autorités de réglementation, est habilité à conseiller ses citoyens sur l’utilisation de tout médicament. Même si l’hydroxychloroquine et la chloroquine sont déjà autorisées pour le traitement d’autres maladies, à ce stade, ces médicaments n’ont pas démontré leur efficacité pour le traitement de la COVID-19. De fait, de nombreuses autorités nationales ont émis des avertissements concernant les effets secondaires de ces médicaments et leur utilisation a été limitée dans de nombreux pays à des essais cliniques sous stricte surveillance en milieu hospitalier.

L’OMS déconseille aux médecins de recommander ou d’administrer aux patients COVID-19 des traitements dont l’efficacité n’a pas été démontrée et met en garde les particuliers contre leur usage en automédication. Le consensus parmi les experts mondiaux est que le potentiel existe mais que des études beaucoup plus nombreuses sont nécessaires de toute urgence pour déterminer si les médicaments antiviraux existants peuvent être efficaces pour traiter la COVID-19. Si ces traitements s’avèrent efficaces, ils pour- raient réduire la charge de la COVID-19.

Qu’est-ce que l’essai Solidarity?

Solidarity est un essai clinique international lancé par l’OMS et ses partenaires en vue d’aider à trouver un traitement efficace contre la COVID-19. On espère qu’un ou plusieurs des traitements cou- verts permettront d’améliorer les résultats cliniques pour les patients COVID-19 et de sauver des vies. D’autres essais sont également menés à travers la planète.

Sur la base de données issues d’études en laboratoire et d’essais cliniques, le remdésivir, l’association lopinavir/ritonavir, l’association lopinavir/ritonavir avec interféron bêta-1a et l’hydroxychloroquine avaient été initialement sélectionnées comme options de traitement. En raison de nouvelles données relatives à l’innocuité et à l’efficacité de l’hydroxychloroquine comme traitement pour les patients COVID-19 hospitalisés, le recrutement de patients pour ce médicament a été temporairement suspendu le 24 mai 2020.

Plus de 100 pays ont manifesté leur intérêt pour participer à cet essai et l’OMS apporte un soutien actif à plus de 60 d’entre eux, notamment en ce qui concerne :

  • les approbations éthiques et réglementaires du protocole principal de l’OMS ;
  • l’identification des hôpitaux participant à l’essai ;
  • la formation des cliniciens hospitaliers à la randomisation en ligne et au système de données ;
  • l’acheminement des médicaments requis pour l’essai par chaque pays participant.

À ce jour, plus de 400 hôpitaux de 35 pays recrutent activement des patients et près de 3500 patients de 17 pays ont rejoint l’étude.

Une analyse intermédiaire de l’essai sera réalisée et contrôlée par un groupe d’experts indépendants, le Comité mondial de contrôle des données et de la sécurité.

(Extrait de http://www.who.int)

Leave a Reply

- Advertisment -

Most Popular

Behind the Covid Numbers in Haiti

Behind the Covid Numbers in Haiti By Jane Regan 7/2020 The Covid-19 figures in Haiti don't reflect the reality on the ground.   The official Covid-19 death toll...

Le miel de la commune de Bonbon se fait parler de lui en Haïti

Dans la commune de Bonbon, en Haïti, Hilarion Célestin et un groupe d’apiculteurs locaux notent une augmentation de la demande du miel qu’ils produisent...

Chapo ba pou TIM TIM: JADEN KREYASYON

Pousantaj ekriven ayisyen ki ekri liv pou jèn yo pa anpil. Se sa fè nou aplodi efò Pascale Millien- Faustin ap deplwaye pou ede...

Recent Comments

%d bloggers like this: